Chroniques au cœur du vignoble gaillacois #1 : vue d’ensemble

Source visuel : dépliant "La Route des Vins" de l'Office du Tourisme de Gaillac

Source visuel : dépliant « La Route des Vins » de l’Office du Tourisme de Gaillac

Dans le tout premier billet de ce blog (que vous pouvez relire en cliquant ICI), j’évoquais avec vous mon souhait de vous parler de régions viticoles françaises un peu moins connues, en particulier le Sud-Ouest et la Corse.

Je vous propose de commencer mes chroniques à la découverte du Sud-Ouest en vous emmenant sur les terres gaillacoises.

Pourquoi Gaillac?

En premier lieu parce qu’avec Fronton, ce vignoble du Tarn est l’un des vignobles les plus proches de Toulouse. Et donc l’un des premiers vignobles du Sud-Ouest que j’ai eu l’occasion de découvrir à mon arrivée dans la Ville Rose.

Ensuite, et surtout, parce que pour moi ce vignoble, encore trop méconnu et souvent mal jugé, recèle de richesses et produit de très bons vins qui ne se résument pas au Gaillac Primeur dont on fait la promotion à Toulouse à partir du 3ème jeudi de novembre.

Pour vous le faire découvrir, je vous emmènerai, à travers une série de billets, à la rencontre de quelques vignerons dont j’ai aimé les vins autant que l’histoire et/ou le caractère. Mais avant d’évoquer avec vous ces rencontres, je voudrais commencer par vous donner quelques éléments de contexte sur cette appellation.

Géographiquement, le vignoble de Gaillac se situe donc au nord-est de Toulouse, sur le département du Tarn. Il s’étend sur les deux rives de la rivière éponyme, vers l’est jusqu’à Albi et vers le nord jusqu’à la cité médiévale de Cordes-sur-Ciel.
Les vallées parallèles de la Vère et du Tarn structurent le vignoble en 3 versants de nature géologique spécifique : les terrasses de la rive gauche (dont les sols sont constitués de galets, de graviers, de sable ou de boulbènes), les coteaux de la rive droite (aux terres argilo-calcaires et bénéficiant d’une exposition plein sud et d’une altitude plus élevée) et le plateau cordais (qui domine la vallée de la Vère et dont le terroir se caractérise par des sols blancs calcaires et caillouteux). Côté climat, le vignoble bénéficie à la fois de la douceur océanique et de la chaleur méditerranéenne.

Les 3 terroirs du vignoble de Gaillac

Les 3 terroirs du vignoble de Gaillac

S’il est le plus ancien des vignobles du Sud-Ouest, Gaillac figure aussi parmi les plus anciens vignobles français. En effet, la vigne sur ces terres remonterait à l’occupation des Romains au 1er siècle avant Jésus-Christ, voire même avant comme en témoigne la découverte d’amphores romaines datant du 2ème siècle avant J-C à Montans, une ville voisine de Gaillac.

La cité de Gaillac (du latin « Gallus » qui veut dire coq) fut officiellement bâtie en 972. Et ce sont les moines bénédictins de l’Abbaye Saint-Michel de Gaillac qui, au Moyen-Age, ont les premiers entrepris d’organiser le vignoble. Leur travail de sélection et leur recherche constante de la qualité permirent aux vins de Gaillac de jouir d’une excellente réputation en Europe pendant des siècles, notamment auprès de plusieurs monarques, à commencer par Henri III et Louis XIV qui en étaient friands.

Plusieurs siècles plus tard, et malgré les crises rencontrées (notamment celle du phylloxera), c’est la réputation et la qualité de ses vins blancs qui valut à Gaillac un classement en AOC en 1938. L’AOC sera obtenue en 1970 pour les rouges et les rosés.

Aujourd’hui l’appellation s’étend sur environ 3 300 ha et compte 3 caves coopératives et 118 producteurs indépendants.
Sa production annuelle atteint 140 000 hectolitres.
Si les blancs ont longtemps représenté la majorité de la production du vignoble, cela s’est inversé car aujourd’hui l’AOC produit 65% de rouges, 30% de blancs et 5% de rosés. Environ 15% de cette production part à l’exportation.

Comment caractériser cette appellation?
Emmanuel Delmas la décrivait encore hier sur son blog comme « Une appellation pas simple à appréhender en l’état ». Vous pouvez retrouver son billet en cliquant ICI.

Une complexité liée à sa très grande diversité.

On appelle ainsi Gaillac le « Vignoble aux 7 vins » car il possède pas moins de 7 AOC : blanc sec, blanc doux, blanc fraîcheur perlée, blanc effervescent (selon la méthode ancestrale gaillacoise), rouge, primeur, rosé. Sans compter le vin de voile qui n’est pas en AOC et qui est élevé comme les vins de Xérès ou les vins jaunes du Jura.

Diversité aussi à travers le très grand nombre de cépages utilisés et notamment le nombre de cépages autochtones. Pour les blancs, on retrouve ainsi quelques cépages connus comme le Sauvignon blanc et la Muscadelle, mais les principaux cépages sont des cépages locaux à savoir le Mauzac, le Len de l’El (ou Loin de l’Oeil) et l’Ondenc. Pour les rouges et rosés le Duras et le Braucol (appelé également Fer Servadou) ou encore le Prunelard côtoient des cépages plus connus comme la Syrah et le Gamay et même le Cabernet Sauvignon.

À cet égard, un vigneron, Robert Plageoles, a fortement œuvré pour ressusciter les cépages oubliés de Gaillac, comme l’Ondenc et le Prunelard. Mais nous évoquerons Robert Plageoles et son fils Bernard dans un prochain billet.
Hormis les Plageoles, ils sont nombreux parmi les jeunes vignerons à vouloir mettre en avant les cépages locaux. Certains arrachent même la Syrah ou le Gamay pour replanter des cépages plus typiques.

Avec toutes ces AOC et tous ces cépages, pas facile de s’y retrouver mais c’est aussi cela qui fait la richesse de l’appellation. Surtout quand cette diversité est exploitée par des vignerons talentueux et passionnés comme ceux que j’ai rencontrés.

Des vignerons dont je vous parlerai dans les prochains billets.

Sources pour les chiffres sur l’appellation : Magazine Contact Pro hors-série Printemps 2012 Spécial Vins du Sud-Ouest + livret remis à l’Oenothèque du SISQA (du 13 au 16 décembre 2012).

© Very Wine Trip 2012-2013 – Tous droits réservés

Quand l’amour et le vin se racontent en images (2)

20130226-201747.jpg

Après un week-end qui a vu la célébration du film « Amour » de Michael Haneke d’abord aux Césars (5 récompenses dont le César du meilleur film) puis aux Oscars (sacré meilleur film étranger), je vous propose de continuer sur ce thème afin de clore le billet « amour et vin en images » débuté la semaine dernière. Car quand on évoque le lien qui unit un vigneron à ses vignes et à son vin, c’est bien souvent d’amour qu’il est question.

Dans la première partie de ce billet (que vous pouvez lire ICI), j’évoquais Les Ignorants d’Etienne Davodeau, une bande dessinée pour laquelle j’ai eu un vrai coup de cœur. Aujourd’hui, c’est d’un DVD dont je vais vous parler.

Il se trouve qu’il y a quelque temps j’ai commandé le DVD de La Clef des Terroirs de Guillaume Bodin car je n’avais pas vu ce film documentaire lors de sa sortie en salles en 2011. Le DVD reçu, je n’ai malheureusement pas eu le temps de le regarder tout de suite et ça n’a pas loupé, après l’avoir rangé, je l’ai comme qui dirait « oublié » dans son placard.
Or voilà que je retombe dessus en rangeant ma BD des Ignorants. Ni une ni deux, je m’empare du DVD et file le regarder, convaincue qu’il tombe à pic pour mieux comprendre le concept de biodynamie abordé rapidement dans Les Ignorants. D’autant plus qu’en relisant le descriptif au dos, je m’aperçois que Richard Leroy fait partie des vignerons interrogés !

Quelques heures plus tard (car le dvd contient le film de 82 min mais aussi plusieurs bonus), je suis à la fois ravie de mon achat et contente de l’avoir regardé juste après Les Ignorants.

Pourquoi j’ai aimé ce film?

D’abord parce que c’est un très beau film, visuellement parlant.

Ensuite, parce que la biodynamie y est expliquée de façon relativement simple. On apprend ce qu’est la bouse de cornes (oui, oui, vous avez bien lu), pourquoi on l’utilise, quelles sont les propriétés des tisanes, etc. On est loin des clichés réducteurs qui la présentent souvent comme un truc pour les illuminés. D’ailleurs ce film rappelle très justement que le vignoble de la Romanée Conti en Bourgogne est conduit en biodynamie. Or Aubert de Villaine n’a, à mes yeux, rien d’un illuminé.

Enfin, si je l’ai aimé, c’est surtout parce que c’est un film qui place l’humain au coeur du message. Pas question de sectarisme dans ce film. Tous les protagonistes ou presque vous disent que le choix de la biodynamie est un choix personnel, une philosophie de vie. Ce qui les anime c’est avant tout l’amour qu’ils portent à leur terroir, à leurs vignes, à leurs raisins ; la volonté qu’ils ont d’accompagner ces derniers, comme on accompagne un enfant tout au long de sa vie. Et cet amour se ressent presque à chaque instant dans ce film. Dans la façon dont les frères Bret touchent leurs vignes, dans la façon dont Thibault Liger Belair prend les raisins à pleines mains dans sa cuve en parlant de « ses bébés », dans la façon dont Richard Leroy écoute ses barriques en se réjouissant de la reprise de la fermentation après le froid de l’hiver…

Après ceci, je ne vais pas vous mentir, je ne me suis pas pour autant transformée en farouche partisane de la biodynamie.
Pourquoi? Tout simplement parce que pour moi, ce qui importe avant tout c’est que le vin soit bon et qu’on prenne du plaisir à le boire. Or la pratique de la biodynamie, aussi louable soit-elle, ne garantit pas à mes yeux que le vin soit bon. Et mes dégustations jusqu’à présent m’ont par ailleurs déjà prouvé que les vignerons pratiquant la biodynamie n’étaient pas les seuls à pouvoir faire du bon vin.
En revanche, ce que j’aime dans la biodynamie telle qu’elle est présentée dans le film de Guillaume Bodin c’est le rapport de ces vignerons à leur terre et cette idée de traiter la vigne et le sol comme des êtres vivants, de les protéger, de les soigner…pour en tirer le meilleur, la quintessence.

Cette première plongée virtuelle dans cet univers de la biodynamie m’a d’ailleurs donné envie d’aller à la rencontre de vignerons ayant fait ce choix pour mieux comprendre leur démarche personnelle et goûter le résultat. Car comme le dit très bien Guillaume Bodin, « le vin c’est une histoire mise en bouteille« .
Je vous parlerai bientôt de ces rencontres sur Very Wine Trip.

En attendant, je vous conseille vivement de regarder La Clef des Terroirs pour vous faire votre propre avis.

Et pour conclure, je reprendrais 2 phrases du film qui me semblent pertinentes pour résumer la biodynamie :

« Ce n’est pas la biodynamie qui fait la qualité d’un vin mais la biodynamie aide le vigneron à se remettre en question et à avoir une meilleure compréhension de la nature et de la terre » – Thierry Germain

« Si les vignerons regardaient avec un regard amoureux leurs vignes, on aurait fait un grand pas dans l’agriculture en terme de respect des terroirs » – Jean-Philippe Bret

La Clef des Terroirs – Un film de Guillaume Bodin
Production Universditvin – Éditions Montparnasse
Pour en savoir plus sur ce film, n’hésitez pas à aller sur le site www.laclefdesterroirs.com

© Very Wine Trip 2012-2013 – Tous droits réservés