Chroniques au cœur du vignoble gaillacois #3 : L’Enclos des Braves

Nicolas Lebrun devant ses vignes - Domaine  de L'Enclos des Braves

Nicolas Lebrun devant ses vignes – Domaine de L’Enclos des Braves

C’est parti pour le 3ème billet sur Gaillac et le 2ème portrait de vigneron!

Ce coup-ci je vous emmène à Vertus, tout près de Rabastens (et donc au sud-ouest de Gaillac), pour découvrir le vigneron qui se cache derrière les vins d’un domaine joliment nommé L’Enclos des Braves. Ce vigneron c’est Nicolas Lebrun.

Ce dernier m’a reçue mi février pour une visite de son domaine. Le temps étant à la pluie ce matin-là, nous n’avons pas pu nous balader dans les vignes. Heureusement, le chai était là pour nous accueillir, même s’il fallait cependant être chaudement vêtu pour s’y aventurer car la température y avoisinait les 8°C.

Nicolas Lebrun est d’origine gersoise. C’est sa passion pour le vin et la vigne qui l’a poussé à faire des études d’oenologie à Bordeaux. Puis c’est en suivant sa femme Chantal qu’il s’est retrouvé dans la région toulousaine, et plus précisément à Gaillac, où il a exercé pendant plusieurs années ses talents d’oenologue et de vinificateur auprès de 5 domaines de l’appellation. En 2005, mû par l’envie de faire des vins qui lui ressemblent, il réalisa son rêve de devenir vigneron en achetant avec sa femme 6 ha de vignes et en construisant un chai.

Qu’est-ce qui lui a plu à Vertus?

Ces parcelles situées sur un coteau, il les a choisies pour leur environnement préservé et surtout pour leur très bonne exposition plein sud.
Côté sols, on est sur les coteaux de la rive droite du Tarn, et donc sur un terroir caractérisé par des sols argilo-calcaires comme je l’évoquais dans mon précédent billet sur le vignoble gaillacois. Sur les parcelles de l’Enclos des Braves, on a affaire à des sols riches en argiles, argiles pouvant aller jusqu’à 3 m de profondeur.
L’association de cette exposition et de ces sols permet une maturation lente des raisins, gage, pour Nicolas Lebrun, de « richesse, finesse et équilibre pour les vins ».

Priorité aux cépages locaux

5 cépages se côtoient sur le domaine, avec une belle part accordée aux cépages autochtones. Sur la partie haute du coteau, on retrouve ainsi du Duras, du Braucol (ou Fer Servadou) et du Gamay (cépages plantés en 1978 et 1992). Et sur la partie basse, du Loin de L’Oeil et du Sauvignon (plantés en 1992). Cépages qui vont bientôt être rejoints par le Prunelart et le Mauzac que Nicolas s’apprête à planter avec du Braucol sur les 2 ha supplémentaires qu’il a rachetés.
Pour revenir au Duras, il reste, aux yeux de Nicolas, un cépage assez peu utilisé car il est très typé mais aussi compliqué à travailler (demande du travail à la vigne, donne de petits rendements, oblige à vraiment ramasser les raisins à maturité). Et pourtant selon lui il donne des grands vins de garde car il conserve beaucoup d’acidité.

Les vignes et le chai

Les vignes et le chai

Un oenologue convaincu par le bio

Dans l’imaginaire de certains, les oenologues sont forcément des techniciens adeptes des produits chimiques. Or là (comme c’était le cas avec Patrice Lescarret du domaine de Causse Marines), on a affaire à un œnologue qui a fait le choix de travailler en bio pour suivre ses convictions personnelles. Le déclic, il l’a eu en 2007 et le vignoble est conduit en agriculture biologique depuis 2009 et en biodynamie depuis 2012. Un choix qui amène Nicolas Lebrun à passer beaucoup de temps dans ses vignes.
Il me disait d’ailleurs qu’il était convaincu que les rapports du vigneron avec ces vignes avaient une incidence sur la qualité du vin. Un discours qu’on retrouvait aussi chez Causse Marines et chez les vignerons en biodynamie présentés dans la Clef des Terroirs.

La vinification quant à elle est, selon ses propres termes, « non interventionniste mais maîtrisée« . Le raisin est vinifié et le vin élevé sans produits œnologiques.
Il n’utilise plus de levures, et les remplace par un levain qu’il réalise avec les premières pressées.
Plusieurs de ses cuvées sont élevées sur lies, en cuve. Les lies apportent du gras et protègent de l’oxydation, ce qui permet de limiter l’usage du soufre.

Et la dégustation dans tout ça?

L’Enclos des Braves produit 3 gammes: Les Gourmands, L’Enclos, Bravissimo.

Les Gourmands sont des vins d’entrée de gamme, frais et fruités.
Les cuvées L’Enclos sont des vins plus ambitieux, qui reflètent la profondeur du terroir et mêlent puissance et finesse.
La cuvée Bravissimo est la cuvée haut de gamme du domaine, celle où le travail est poussé le plus loin. Une cuvée 100% Braucol qui est affectivement la cuvée préférée de Nicolas Lebrun.

J’ai eu l’occasion sur place de goûter toutes les cuvées (certaines n’étant cependant pas encore mises en bouteille).

Les Gourmands – blanc sec – 2012: assemblage 50% Sauvignon, 50% Loin de l’Oeil (les 2 jus fermentent ensemble). Assez frais, un peu épicé, relativement complexe.
L’Enclos – blanc sec – 2011: raisins récoltés à surmaturité, assemblage 75% Sauvignon, 25% Loin de l’Oeil. Robe pâle (couleur absorbée par les lies). Plus gras, minéral, floral. Pas mal du tout.
Les Gourmands – rosé (je n’ai pas retenu le millésime): rosé de saignée, assemblage 60% Duras, 30% Braucol, 10% Gamay. Frais, mais je ne suis pas une grande fan de rosé…
Les Gourmand – rouge – 2010: assemblage 70% Duras, 30% Braucol. Bonne acidité grâce au Duras, notes de fruits rouges, de poivre et d’épices. Très agréable.
L’Enclos – rouge – 2010: assemblage 80% Braucol, 20% Prunelart. Elevage en cuve et en barrique. Un peu fermé au moment de la dégustation. Fruits noirs et épices, assez riche. À carafer.
Bravissimo – rouge – 2009: 100% Braucol. Élevé et vinifié en barrique. Fruits noirs, cassis, notes de chocolat, de grillé. Puissant mais élégant, avec des tanins maîtrisés. Sera à mon avis encore meilleur dans quelques années.
Les Gourmands – blanc doux – 2011: 50% Sauvignon, 50% Loin de l’Oeil. Sauvignon passerillé, Loin de l’Oeil botrytisé. Robe assez claire. Joli nez (poire, fleurs) et belle fraîcheur.
L’Enclos – blanc doux – 2010: 100% Loin de l’Oeil. Fermente 1 an en barrique. Nez riche et complexe de fruits confits, mais bouche un peu trop sucrée à mon goût.
En revanche, j’ai été séduite par la cuvée 2012, goûtée sur barrique, qui présente de belles notes exotiques (mangue notamment) et beaucoup de fraîcheur contrebalançant le sucre.
Ce qui confirme ce que me disait Nicolas Lebrun, à savoir que le millésime 2012 s’annonçe au top pour les doux et les liquoreux.

Les vins dégustés

Les vins dégustés

Pour finir ce billet, je citerais une phrase de Nicolas Lebrun sur sa brochure de présentation car elle résume ce qu’il recherche dans ses vins :

« Cette démarche, basée sur l’observation et l’accompagnement de nos parcelles, permet d’obtenir un vin sain, non pollué, expression fidèle de notre terroir, de notre vigne, du millésime et de ma personnalité de vigneron ».

L’Enclos des Braves
Chantal & Nicolas Lebrun
RD 18 – Vertus
81800 Rabastens
contact@lenclosdesbraves.com
Tél : +33 (0)5 63 40 33 49

Je vous invite aussi à aller sur leur site internet http://www.lenclosdesbraves.com pour suivre l’actualité du domaine.

© Very Wine Trip 2012-2013 – Tous droits réservés

Publicités