Quand l’amour et le vin se racontent en images (2)

20130226-201747.jpg

Après un week-end qui a vu la célébration du film « Amour » de Michael Haneke d’abord aux Césars (5 récompenses dont le César du meilleur film) puis aux Oscars (sacré meilleur film étranger), je vous propose de continuer sur ce thème afin de clore le billet « amour et vin en images » débuté la semaine dernière. Car quand on évoque le lien qui unit un vigneron à ses vignes et à son vin, c’est bien souvent d’amour qu’il est question.

Dans la première partie de ce billet (que vous pouvez lire ICI), j’évoquais Les Ignorants d’Etienne Davodeau, une bande dessinée pour laquelle j’ai eu un vrai coup de cœur. Aujourd’hui, c’est d’un DVD dont je vais vous parler.

Il se trouve qu’il y a quelque temps j’ai commandé le DVD de La Clef des Terroirs de Guillaume Bodin car je n’avais pas vu ce film documentaire lors de sa sortie en salles en 2011. Le DVD reçu, je n’ai malheureusement pas eu le temps de le regarder tout de suite et ça n’a pas loupé, après l’avoir rangé, je l’ai comme qui dirait « oublié » dans son placard.
Or voilà que je retombe dessus en rangeant ma BD des Ignorants. Ni une ni deux, je m’empare du DVD et file le regarder, convaincue qu’il tombe à pic pour mieux comprendre le concept de biodynamie abordé rapidement dans Les Ignorants. D’autant plus qu’en relisant le descriptif au dos, je m’aperçois que Richard Leroy fait partie des vignerons interrogés !

Quelques heures plus tard (car le dvd contient le film de 82 min mais aussi plusieurs bonus), je suis à la fois ravie de mon achat et contente de l’avoir regardé juste après Les Ignorants.

Pourquoi j’ai aimé ce film?

D’abord parce que c’est un très beau film, visuellement parlant.

Ensuite, parce que la biodynamie y est expliquée de façon relativement simple. On apprend ce qu’est la bouse de cornes (oui, oui, vous avez bien lu), pourquoi on l’utilise, quelles sont les propriétés des tisanes, etc. On est loin des clichés réducteurs qui la présentent souvent comme un truc pour les illuminés. D’ailleurs ce film rappelle très justement que le vignoble de la Romanée Conti en Bourgogne est conduit en biodynamie. Or Aubert de Villaine n’a, à mes yeux, rien d’un illuminé.

Enfin, si je l’ai aimé, c’est surtout parce que c’est un film qui place l’humain au coeur du message. Pas question de sectarisme dans ce film. Tous les protagonistes ou presque vous disent que le choix de la biodynamie est un choix personnel, une philosophie de vie. Ce qui les anime c’est avant tout l’amour qu’ils portent à leur terroir, à leurs vignes, à leurs raisins ; la volonté qu’ils ont d’accompagner ces derniers, comme on accompagne un enfant tout au long de sa vie. Et cet amour se ressent presque à chaque instant dans ce film. Dans la façon dont les frères Bret touchent leurs vignes, dans la façon dont Thibault Liger Belair prend les raisins à pleines mains dans sa cuve en parlant de « ses bébés », dans la façon dont Richard Leroy écoute ses barriques en se réjouissant de la reprise de la fermentation après le froid de l’hiver…

Après ceci, je ne vais pas vous mentir, je ne me suis pas pour autant transformée en farouche partisane de la biodynamie.
Pourquoi? Tout simplement parce que pour moi, ce qui importe avant tout c’est que le vin soit bon et qu’on prenne du plaisir à le boire. Or la pratique de la biodynamie, aussi louable soit-elle, ne garantit pas à mes yeux que le vin soit bon. Et mes dégustations jusqu’à présent m’ont par ailleurs déjà prouvé que les vignerons pratiquant la biodynamie n’étaient pas les seuls à pouvoir faire du bon vin.
En revanche, ce que j’aime dans la biodynamie telle qu’elle est présentée dans le film de Guillaume Bodin c’est le rapport de ces vignerons à leur terre et cette idée de traiter la vigne et le sol comme des êtres vivants, de les protéger, de les soigner…pour en tirer le meilleur, la quintessence.

Cette première plongée virtuelle dans cet univers de la biodynamie m’a d’ailleurs donné envie d’aller à la rencontre de vignerons ayant fait ce choix pour mieux comprendre leur démarche personnelle et goûter le résultat. Car comme le dit très bien Guillaume Bodin, « le vin c’est une histoire mise en bouteille« .
Je vous parlerai bientôt de ces rencontres sur Very Wine Trip.

En attendant, je vous conseille vivement de regarder La Clef des Terroirs pour vous faire votre propre avis.

Et pour conclure, je reprendrais 2 phrases du film qui me semblent pertinentes pour résumer la biodynamie :

« Ce n’est pas la biodynamie qui fait la qualité d’un vin mais la biodynamie aide le vigneron à se remettre en question et à avoir une meilleure compréhension de la nature et de la terre » – Thierry Germain

« Si les vignerons regardaient avec un regard amoureux leurs vignes, on aurait fait un grand pas dans l’agriculture en terme de respect des terroirs » – Jean-Philippe Bret

La Clef des Terroirs – Un film de Guillaume Bodin
Production Universditvin – Éditions Montparnasse
Pour en savoir plus sur ce film, n’hésitez pas à aller sur le site www.laclefdesterroirs.com

© Very Wine Trip 2012-2013 – Tous droits réservés

Publicités