Vinocamp Rhône, dans les coulisses du conclave des passionnés du vin et du web

Le 1er jour du #Vinocamp Rhône en photos

Le 1er jour du #Vinocamp Rhône en photos

Il y a 3 semaines jour pour jour, je me trouvais dans le train qui m’emmenait dans la cité des Papes pour participer à un conclave…
Ici, pas question d’élire un nouveau pape, mais simplement de réunir en un seul et même endroit des passionnés et professionnels du vin et du web d’horizons variés pour leur permettre d’échanger sur les nouveaux moyens de communication autour du vin. Vous l’aurez compris, c’est du Vinocamp qu’il est question et plus précisément de la 11ème édition qui était organisée par notre duo de choc, Anne-Victoire Monrozier (aka Miss Vicky Wine) et Grégoire Japiot, en collaboration avec les équipes d’Inter Rhône (l’interprofession des vins du Rhône).
Cette édition avait donc lieu à Avignon. La ville où j’ai vécu pendant 5 ans mais aussi la ville où tout a commencé puisque c’est dans cette ville qu’est née mon idylle avec le vin. « La ville de mon premier amour » en quelque sorte…Ah nostalgie quand tu nous tiens! Mais revenons à nos moutons et au programme de ce week-end bien chargé.

Vendredi: soirée d’accueil pour les premiers arrivants avec déjà quelques belles découvertes en provenance du nord de la Vallée du Rhône (Crozes-Hermitage, Cornas, Condrieu…).

Samedi : rendez-vous à la Maison des Vins pour le démarrage officiel du Vinocamp. Un bel endroit pour accueillir plus d’une centaine de participants : des petits nouveaux, des vieux de la vieille, beaucoup de vignerons et même un « gourou du marketing » et un hérisson géant! Autant vous dire que c’était LE lieu où il fallait être ce jour-là! Après l’habituelle présentation des participants en 3 hashtags, place aux propositions de thématiques pour les 3 sessions d’une heure qui vont rythmer la journée. Le tableau se remplit rapidement pour aboutir aux 11 thèmes suivants :

Les thèmes

Les thèmes

Les troupes se répartissent alors dans les différents ateliers et les discussions s’enchaînent jusqu’au milieu de l’après-midi, entrecoupées par une pause déjeuner ensoleillée. Pendant les ateliers, ça participe, ça débat, ça rigole, ça tweete (bien pratique pour suivre virtuellement les ateliers auxquels on a dû renoncer), et entre chaque session, les participants se retrouvent pour un résumé rapide, effectué par un volontaire de chaque atelier, des échanges qui viennent d’avoir lieu.

A peine les sessions terminées, on ne perd pas le rythme puisque vient l’heure du Live Tasting. L’occasion de découvrir un nombre incalculable de vins, du Rhône bien sûr, mais aussi de Loire, de Savoie, de Champagne…Bien sûr on a envie de tout goûter et de passer des heures à discuter avec ces vigneron(ne)s souriant(e)s et passionné(e)s qui nous parlent tellement bien de leurs vins. Mais voilà, ce coup-ci, il y avait tellement de vins à déguster qu’il a fallu trouver une astuce pour satisfaire tout le monde : le BottleSwap. Un super concept qui permet d’échanger avec un autre participant la bouteille qu’on a apportée (car amener une bouteille à faire découvrir fait partie des traditions du Vinocamp). L’idée étant ensuite de partager son avis post dégustation avec le hashtag #bottleswap. Bref, avec un excellent moyen de faire des découvertes, de rencontrer de nouvelles personnes et de prolonger ce moment de convivialité.

S’en suit un jeu de piste en équipes dans les rues d’Avignon, un polar entre les mains. Jeu qui nous emmène en début de soirée au Grenier à sel pour une soirée aux accents jazzy. Au programme de nouvelles découvertes, avec notamment les vins du Massif d’Uchaux, une jolie appellation des Côtes du Rhône dont je reparlerai sûrement bientôt car j’ai été séduite par plusieurs des vins dégustés.

Dimanche : la traditionnelle visite nous emmène au pied des dentelles de Montmirail. D’abord à Vacqueyras avec 2 vignerons en biodynamie, puis sur les hauteurs de Gigondas en présence notamment du célèbre géologue Georges Truc, pour finir à Beaumes-de-Venise pour un déjeuner et de nouvelles dégustations autour de ces 3 appellations.
Appellations dont je parlerai dans un prochain billet car le salon Découvertes en Vallée du Rhône, qui avait lieu après le Vinocamp, m’a donné l’occasion d’assister à d’intéressantes Master Classes.

En résumé, un weekend placé sous le signe de la bonne humeur, des belles rencontres et des jolies découvertes!

C’est tout, pour aujourd’hui.
La suite de mon escapade en Vallée du Rhône dans les prochains billets!

Visite à Vacqueyras

Visite à Vacqueyras

Visite sur les hauteurs de Gigondas

Visite à Gigondas

© Very Wine Trip 2012-2013 – Tous droits réservés

Publicités

Au coeur du Vinocamp Cognac : quand double distillation rime avec passion et cerveaux en ébullition

image

Ce week-end, j’ai participé à un Vinocamp à Cognac. Après celui du Vinitech à Bordeaux, c’était le 2ème Vinocamp auquel je participais physiquement (j’avais suivi celui en Savoie à distance grâce à Twitter), mais le 1er en mode week-end complet.

Vous êtes peut-être en train de vous dire « Vinocamp, Vinocamp, mais c’est quoi au juste un Vinocamp?! ». Pour faire simple, le Vinocamp, organisé par Anne-Victoire Monrozier (aka Miss Vicky Wine) et Grégoire Japiot, avec le concours d’une interprofession (ici le BNIC), regroupe des acteurs du vin et d’Internet, tous animés par une même passion, le vin (et par extension les spiritueux dans le cas présent), et mués par la même soif de découvrir et la même volonté de partager leurs expériences pour aider le monde du vin à mieux communiquer. Si on devait résumer le Vinocamp en 3 hashtags (vous savez, ces trucs bizarres qu’on utilise sur Twitter), personnellement j’opterais pour #passion #échange #rencontres.

10 ateliers ont rythmé la journée, autour de thèmes choisis par les participants (thèmes dont vous trouverez la liste ci-dessous), et avec pour mot d’ordre « tout le monde acteur ».

image

Face à tous ces thèmes fort intéressants, mon 1er dilemme a consisté à n’en choisir que 3 (c’est dans ces moments-là qu’on aimerait avoir le don d’ubiquité!) et finalement mon choix s’est porté sur ceux-ci : « Interprofession 2.0 Quelle communication pour quels modes de consommation? », « Parrainage et fidélisation dans l’e-business du vin » et un dernier qui s’est rajouté en cours de journée sur la Loi Évin.

Le 1er atelier en particulier a été très riche et a mis en lumière la problématique d’image du cognac en France. Si à l’étranger, et notamment aux USA, ce dernier est vu comme une boisson tendance, plébiscitée par les rappeurs, et consommée dans les lieux branchés sous forme de cocktails et long drinks, en France il est plutôt associé à l’idée du digestif un peu « trop » fort et à l’image d’un grand-père sirotant son verre au coin du feu (c’est d’ailleurs plus ou moins l’image que j’en avais, à ceci près que j’aurais rajouté un cigare à la scène). Pas facile avec une telle image de séduire un public large, notamment avec les contraintes imposées par la loi Evin. Et pourtant, le cognac a tout pour plaire. À qui se donne la peine de le découvrir et de l’apprécier à sa juste valeur, il dévoile une impressionnante palette d’arômes et de nuances. Il sait aussi être versatile. Si sa force vous fait peur, goûtez par exemple un VSOP sous forme de cocktail (un cognac summit par exemple), et vous découvrirez qu’il est loin de cette image d’alcool qui vous brûle les papilles.

L’après-midi s’est terminé par un live tasting de cognac lui aussi très instructif. Car pour profiter pleinement des arômes d’un cognac quand on est néophyte, il faut par exemple commencer par perdre l’habitude de mettre le verre juste sous son nez, comme on le ferait avec un verre de vin, sous peine de ne plus sentir grandchose pendant quelque temps. Ce fut pour moi l’occasion de me découvrir une nouvelle passion pour le XO et de succomber aux subtilités de l’accord cognac/chocolat.

Voilà pour le résumé du samedi dans les locaux du BNIC.
Rendez-vous dans le prochain post (que vous pouvez lire en cliquant ici) pour un peu plus de détails sur l’aspect production.

© Very Wine Trip 2012-2013 – Tous droits réservés